Carlin

Histoire et origine

Le plus souvent, on ignore que le Carlin était le plus célèbre des chiens en Angleterre et sur le continent, il y a des années. L’histoire du Carlin est une histoire d’aristocratie, et de voyage !

L’origine de la race a pu être estimée grâce aux nombreux dessins et gravures représentant 3 types de petits chiens, le chien Lion, le Pékinois et le Lo-Sze. Ce dernier présente de nombreuses similitudes physiques avec le Carlin que nous connaissons aujourd’hui. De nombreuses autres hypothèses viennent expliquer l’origine du Carlin : Dogue Allemand, Dogue de Bordeaux, Mastiff, Mâtin, sont d’autres races qui pourraient avoir une ascendance génétique avec le Carlin d’aujourd’hui (sans toutefois avoir de grandes certitudes autours de ces hypothèses).

Il est généralement admis que le Carlin est originaire de Chine. Les plus anciens écrits font référence à des petits chiens à tête plate, et l’élevage de chien ressemblant fortement au Carlin aurait débuté avec la dynastie Chiang, à partir de 1111 avant JC. Le nom de « Païs » était donné à ces petits chiens, qui prenaient bien leur place sous la table. Les origines du Carlin restent donc assez floues, mais remonteraient à plusieurs milliers d’années !

Il est venu en Angleterre par la Hollande, au cours du 17ème siècle, avec les marchands de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Il a été très populaire lors de son passage en Hollande, du temps de la Maison d’Orange, où il était appelé Mâtin hollandais.

Avec l’introduction d’autres chiens de très petite taille, le Carlin a commencé à perdre de sa popularité en Angleterre, sous le règne de Guillaume III. La race a été menacée d’extinction, mais d'autres spécimens ont été introduits de Hollande et d'Autriche sous le règne de George III, ce qui lui donna un second souffle. En Australie, la race s’est maintenue, grâce à des importations d’Angleterre à différentes époques.

En France, comme dans les autres pays, le Carlin a été particulièrement apprécié des aristocrates, notamment la Marquise de Pompadour ou encore Marie-Antoinette. On citera également Fortuné, le Carlin de Joséphine de Beauharnais, connu pour sa méchanceté vis‐à-vis du mari de Joséphine, le général Napoléon Bonaparte.

Le Carlin doit sans doute son nom au comédien italien Carlo Antonio Bertinazzi (1710-1783), peut-être en raison de son masque noir d’Arlequin, qui évoque ceux portés par l'artiste durant ses représentations.

Il est connu sous l'appellation de Pug aux États-Unis, au Brésil en Australie et en Angleterre (« poing », à cause de sa forme carrée), et de Mops (« faché ») en Allemagne et en Russie. En 1883, le Pug Club est fondé en Angleterre et fixe le standard de la race. Le standard en vigueur en France à l’heure actuelle a été publié le 26 mars 2009.

Dans le cinéma, on trouve deux Carlins célèbres :
- dans les films « Men In Black » 1 et 2 (1997 et 2002), Franck est un personnage extra‐terrestre qui a pris l’apparence d’un Carlin sur Terre.
- dans les films « Kingsman » : Services secrets (2015 et 2017), le héros Egssy se voit attribué la responsabilité d’un petit chiot Carlin, JB.

Apparence physique

Le Carlin est un petit molosse, aujourd’hui classé dans deux catégories, d’après la classification du Livre des Origines Françaises : les chiens de Garde et d'Utilité (chiens de 1er groupe), et les chiens de Luxe et d'Agrément (chiens du 9ème groupe).

C’est un chien « dense », dans un petit volume, avec une masse musculaire importante et bien dessinée, et des formes compactes et ramassées, et une poitrine large ; son corps s’inscrit dans une forme carrée, qu’on le regarde de face, ou de profil.

Sa face est ronde, large, avec le dessus plat, et de nombreuses rides sur le front, mais sans sillon sur le crâne. Le museau est court et aplati, comme la plupart des brachycéphales, ce qui lui donne un « faciès juvénile » (la forme du visage d’un enfant, plat avec de grands yeux, ce qui nous attire beaucoup). Ce museau écrasé est aussi la source du ronflement émis lorsque le Carlin respire (appelé stridor), et qui peut aller jusqu’à une sorte de ronronnement.

Les yeux sont ronds et globuleux, exprimant souvent l’affection, la douceur et la malice. Ses oreilles sont courtes et peuvent se replier « en rose » (c’est-à-dire en arrière), ou en bouton (le pavillon retombant en avant, avec l'extrémité couvrant l'orifice de l'oreille).

La queue du Carlin est légèrement enroulée sur elle-même, en haut des hanches. Elle forme une boucle très resserrée sur les hanches, et la double boucle est d’ailleurs très recherchée.

Il est remarquablement sans odeur de chien, et son pelage est court, fin, lisse, et mue très peu. Il est donc exceptionnellement propre. Un simple brossage régulier suffit à entretenir son poil, notamment pendant la mue.

Son pelage peut prendre plusieurs teintes, du Carlin blanc au Carlin noir, en passant par des couleurs abricot, argent ou fauve. Son poil est luisant, doux et légèrement brillant, il n’est jamais dur ou laiteux. Les marques sont nettement définies : le masque du museau, la raie du dos (« trace ») et les oreilles sont aussi noirs que possible.

Vue d'ensemble

Longévité

Les Carlins peuvent vivre plus de 12 ans.

Taille et poids moyens

18 cm à 20 cm
6,3 kg à 8,1 kg

Soin

Personnalité et tempérament

Le Carlin est le mélange parfait de ce qui fait l'attrait d'un petit chien, de la mélancolie, de l'endurance et du charme. C’est un chien joyeux, jovial, qui a besoin de beaucoup d’attention, et qui est prêt à le rendre au centuple.

Si vous n’avez qu’un petit jardin ou si vous vivez en appartement, le Carlin est fait pour vous. C’est un petit chien, qui supporte peu les efforts intenses, du fait de sa conformation et de son appareil respiratoire. Il peut néanmoins déborder d’énergie, il faut donc lui donner des exercices adaptés à son physique. Il faut en particulier éviter les temps chaud, ou les efforts après le repas. C’est un chien qui est également adapté à des balades fréquentes, et de courtes durées.

Intelligent, il est aussi capable d’apprendre beaucoup et avec motivation. C’est une race qui peut être difficile à canaliser, il faut donc lui fournir des jeux et des exercices à la hauteur de son activité et ses capacités d’apprentissage. Le Carlin peut parfois se montrer têtu, des exercices en club d’obéissance pourront lui permettre d’exprimer son intelligence tout en passant de merveilleux moments avec vous. Il est important de le récompenser à la suite d’un bon comportement pour l’encourager et le motiver à rester sur le droit chemin ! Plusieurs types de récompenses sont possibles en fonction du progrès accompli : d’une simple caresse à une friandise pour les gourmands, comme par exemple Sa récompense Mini bouchées de Pedigree.

Il faut donc savoir être doux et bienveillant, tout en étant ferme et constant. C’est une règle valable pour tous les chiens, mais particulièrement pour le tempérament énergique et motivé du Carlin. Une mauvaise éducation pourra entrainer des problèmes de comportements comme les vocalisations ou les destructions : il est donc important de savoir canaliser correctement cette petite boule d’énergie.

Le Carlin n’est pas un bon gardien : il est en général accueillant et coopératif avec les étrangers et les inconnus.

Car le Carlin, c’est surtout un compagnon enjoué et débordant d’énergie : le contact avec les enfants est en général très bon. Sa tête joyeuse et ses allures trapues lui donne un côté drôle et amusant. Attention toutefois à rester vigilant en présence d’enfants, les règles de sécurité sont les mêmes qu’avec tout chien.

Soins et santé

Le Carlin peut être sensible à différentes maladies, notamment à cause de sa conformation trapue et son nez brachycéphale. Cette conformation est due à ce que l’on appelle « l’hypertype », c’est-à-dire l’accentuation à l’extrême de traits distinctifs propres à certaines races domestiques dans le domaine de l’élevage et de l’anatomie animale. Il s’agit donc d’être vigilant, tout le long de sa vie, tout en étant averti et informé sur les risques et les signes à surveiller en cas de soucis.

D’une manière générale, le Carlin n’aime pas les météos trop intenses : il est préférable d’éviter les endroits de fortes chaleurs ou de froids extrêmes. Un manteau pourra lui permettre de supporter les hivers rudes.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à lire la thèse de doctorat vétérinaire sur le Carlin « A travers son histoire, son standard, son importance actuelle et ses pathologies » !

Prendre la décision

Maîtres idéaux

Les Carlins adorent être avec les gens et font d’excellents chiens de compagnie. Ce sont des clowns naturels et ils vous feront rire. Ils ronflent, grognent et reniflent !
Pedigree® Feeling HappyPedigree® Feeling Happy